Patrimoine civil et religieux en Haut-Salat


Le pont ferroviaire de Kercabanac le pont qui n’a jamais vu passer un train.

Si vous rejoignez St Girons par la rive droite du Salat, vous empruntez obligatoirement ce pont, en apparence bien anodin.
Sa construction débutée en 1938 était destinée à assurer la liaison transfrontalière avec Pobla de Ségur via le tunnel de Salau. Mais les tragiques évènements historiques l’ont interrompue, et cela de façon définitive.
Pourtant, il reste une œuvre originale à plus d’un titre car il recèle des trésors architecturaux que Charles Gény nous a fait découvrir en ce dimanche matin.
D’abord, il présente une courbure très prononcée qui enjambe trois arches de plus de 10 mètres de portée linéaire
Ensuite, du fait de cette courbure, les arches sont plus longues du côté amont et les axes des piles sont rayonnants.
Autre particularité le tablier est soutenu par cinq gros arcs très saillants, car il faut bien alléger l’ensemble de la structure
Enfin, vous remarquerez la régularité des parallélépipèdes en granit et la disposition sans clé de voute.
Alors, prenez le temps de vous arrêter pour vous rendre compte de tous ces détails et vous verrez le pont de Kercabanac avec un autre regard.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *