A le découverte de la source pétrifiante de Bel Air


A la découverte de la source pétrifiante de Bel Air
Nichée dans un coin sauvage de la vallée d’Orle, en suivant un mince ruisseau, nous la découvrons enfin. Elle coule goutte à goutte pour déposer délicatement des cristaux sur les mousses et les lichens.
Toute une dentelle minérale d’une beauté fragile et éphémère issue d’une complexe alchimie entre le calcaire, le dioxyde de carbone.
Et ce bucolique tableau est jalousement gardé par une statue de la Vierge.
Plus loin, nous nous enfonçons dans une hêtraie qui rivalise d’imagination pour nous donner un spectacle féérique. Nous croisons les troncs enlacés tels les amoureux de Peynet ou bien le patriarche qui trône entouré d’arbres plus jeunes
Puis, malheureusement, il y en a quelques-uns qui n’ont pas survécu aux intempéries ;ils gisent sur le flanc, leurs racines pointées vers le ciel 
Autre récompense de cette balade : au détour du sentier : les corolles « bleu électrique »de la gentiane de Koch.
Ensuite, l’œil averti pointera vers un petit fil de fer accroché au tronc d’un arbre. Qu’est-ce c’est ? un piège à poil d’ours. Mais il n’y a rien d’accroché et donc impossible d’identifier le plantigrade qui peut s’y frotter.
Pour clôturer la journée, le torrent de la vallée nous accueille et nous apprécions une pause bien méritée.
Alors, carte topographique en main, jouez les aventuriers et partez dans les prairies au-dessus de Luentein….. et si vous avez un peu le sens de l’observation, vous trouverez.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *